Accueil démocratie Témoignage n°6 : C, une mamie qui rappelle le lien entre pollution de l’air et inégalités sociales

Témoignage n°6 : C, une mamie qui rappelle le lien entre pollution de l’air et inégalités sociales

0
0
79
1er novembre 8h07 (2)

Je suis une mamie issue d’une vieille famille Clusienne, j’habite donc cluses même.

C’est vrai, on subit une pollution quotidienne et infernale par les avions, pollution pratiquement jamais dénoncée et combattue. Il est vrai également qu’on montre bien plus souvent du doigt le citoyen de la vallée qui se chauffe et se déplace pour travailler et rarement les industries (pas toutes heureusement) transports internationaux… qui polluent, à mon humble avis, bien plus !

Personnellement, je me déplace très souvent à pied (car je peux le faire), je ne surchauffe pas mon logement, je fais du compostage, j’ achète au maximum bio et local (je m’en donne les moyens)…mais je pollue aussi comme tout citoyen.

Nous sommes de plus en plus nombreux et nous n’avons pas la possibilité d’avoir des voitures électriques à prix raisonnable. Il est parfois difficile de trouver un travail proche et rémunéré correctement (donc beaucoup vont jusqu’en Suisse). De plus nous sommes contraints de faire des kilomètres pour avoir un médecin ou se faire soigner et il y a de moins en moins d’espace avec une nature préservée (avant il fallait 1500 m2 de terrain pour construire, maintenant 500 et encore)…

Tout ce que fait l’État est de taxer et donc de créer encore plus d’inégalités : les gens aisés vont vivre en montagne au dessus de la « poisse » où vivent les plus modestes ! Il faut informer et rééduquer et j’ai confiance en notre toute jeune génération qui est plus lucide que beaucoup d’ adultes d’aujourd’hui.

Des initiatives comme le CAP – Cluses ou d’autres sont essentielles. Pour moi il est nécessaire de prendre des mesures pour améliorer la qualité de l’air :

- Faciliter le déplacement en bus (bus gratuits comme avant mais roulant proprement)

- Aider la circulation des vélos car ça reste dangereux en dehors des pistes cyclables.

Je reste optimiste car j’aime ma région et ma ville. Je pense que notre situation est arrivée au point le plus bas et qu’avec la conscience de la plupart d’entre nous, notre vallée va retrouver un nouveau souffle.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par comiteantipollutioncluses
Charger d'autres écrits dans démocratie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Particules fines et santé : une explication animée.

Le franchissement du seuil OMS de 25 microgrammes de PM 2.5 par m3 d’air sur 24 heur…